Prix Sana 2015

  • Le « Prix Sana » 2015 distingue des engagements désintéressés en faveur d’enfants et de la famille

    En 2015, le Prix Sana, le prix de la santé le mieux doté de Suisse avec 30’000 francs, va dans les cantons de Berne, de Zurich et du Jura. Trois lauréats ont été récompensés par la Fondation Sana avec un montant de 10’000 francs chacun pour leur engagement désintéressé en faveur d’enfants et de la famille. Ce prix a été remis dans le cadre du salon Swiss Handicap, à la Messe Luzern. Les propositions de nominations pour le Prix Sana 2016 peuvent être remises à la Fondation dès à présent.

    Le Prix Sana distingue, chaque année, des personnes et leur engagement désintéressé pour le bien de leurs semblables. La Fondation Sana décerne depuis cinq ans ce prix doté, au total de 30’000 francs. A travers ce prix de la santé, la fondation veut marquer sa reconnaissance et son estime pour l’humanité et l’action bénévole en faveur de personnes souffrant de graves problèmes de santé, en Suisse. Cette année, le jury composé de personnalités de renom s’est prononcé contre un classement et a récompensé les trois lauréats avec un montant de 10’000 francs chacun.

    Theres Lindt et son mari Thomas Mainberger, à Ittigen, accueillent depuis de nombreuses années des enfants handicapés, pour certains lourdement, dans leur propre maison. Ils offrent à ces enfants un second chez-soi, ainsi qu’un soulagement et un soutien à leurs parents : pour un jour, pour une semaine, et souvent pendant des années. Le couple Lindt/Mainberger fait preuve d’un engagement hors du commun, qui conditionne, depuis quinze ans, la vie quotidienne de leur propre famille avec leurs deux filles.

    Christine Gäumann, de Winterthur, a participé en tant que moteur à la mise sur pied d’un projet d’avant-garde en faveur d’enfants de parents souffrant de problèmes psychiques ou dépendants. Wikip – c’est le nom du projet – prend en charge ces enfants « perdus», qui passent souvent à travers les mailles du filet de protection, entre prévention, traitement et protection de l’enfance. Grâce à son engagement passionné et inestimable en faveur de ce projet, elle a pu transférer Wikip, en 2014, dans la « Schweizer Stiftung zur Förderung der psychischen Gesundheit von Kindern und Jugendlichen », une fondation créée spécialement dans ce but.

    Coralie Baraviera, de Sonceboz, n’avait que 22 ans lorsque son mari a subi un grave accident avec traumatisme cérébral, deux ans seulement après leur mariage. Elle l’a accompagné sans réserve le long de toutes ses thérapies et traitements. Elle lui a donné le courage de vivre et une famille avec deux enfants. Aujourd’hui, sept ans plus tard, la situation reste difficile, mais n’est plus désespérée. Coralie Baraviera nous a touchés par son attitude positive face à la vie, y compris dans les situations difficiles.